Home > Shigatoxine > La maladie de l’œdème

La maladie de l’œdème

Pathogénie de la maladie de l’œdème (MŒ)

Signes cliniques de la maladie de l’œdème (MŒ)

La MŒ survient principalement chez les porcelets récemment sevrés, bien qu’elle puisse aussi s’observer à des stades de production ultérieurs. Cette maladie peut être sporadique et affecter seulement quelques individus, mais elle peut aussi toucher un lot de porcs entier.

La manifestation aiguë est souvent une mort subite sans signe préalable de maladie.Les mortalités peuvent être très élevées (jusqu’à 50% d’un lot). En parallèle, certains porcs malades deviennent anorexiques et présentent un gonflement des paupières et du front. Parfois, l’œdème du larynx entraîne un cri particulier. En raison de l’œdème cérébral, un animal malade peut être pris de convulsions et d’ataxie, se coucher sur le côté et effectuer des mouvements de pédalage (figure 3). Les porcs qui survivent à la maladie sont peu nombreux et restent chétifs (retard de croissance).

La maladie peut se répéter sur un même lot de porcs. Dans ce cas, les signes cliniques réapparaissent, en particulier après stress comme un changement d’alimentation, le retrait de l’oxyde de zinc (ZnO) ou des antibiotiques de l’alimentation.

Porcelets à ramer latéralementFigure 3: signes neurologiques (position latérale, mouvements de pédalage) chez un porc atteint de la maladie de l’œdème, source: Ceva

On peut également observer des manifestations subaiguë/subcliniques: l’animal ne présente pas de signes cliniques francs mais développe des lésions microvasculaires et a une croissance moindre. Une perte d’homogénéité des porcs au sein d’un lot s’observe alors.
Learn more

La maladie de l’œdème peut être chronique ; elle survient chez une faible proportion de porcs après une manifestation aiguë de la maladie ou dans les troupeaux où l’on détecte un génotype chimérique d’E. coli, qui produit les toxines thermolabile (LT) et thermostable (ST) responsables de la diarrhée post-sevrage, mais aussi la shigatoxine Stx2e. Après une période allant de quelques jours à plusieurs semaines après l’infection intestinale, la croissance s’interrompt et les animaux malades présentent des troubles neurologiques unilatéraux comme des mouvements circulaires, une torsion de la tête ou une atrophie musculaire des membres avec faiblesse progressive. Dans de tels cas, il est rare d’observer un œdème sous-cutané.
(Source : Diseases of Swine, Tenth Edition, Edited by J.J. Zimmerman et al., John Wiley & Sons, Inc. Published 2012)